Actualités

Yassmin Abdel-Magied entretient la conversation

Yassmin Abdel-Magied

Yassmin Abdel-Magied, toujours étudiante et toujours avide d'apprendre, explore les thèmes de la résistance, de la transformation et de la révolution dans son nouveau livre Parler d'une révolution qui demande de manière poignante comment construire un monde meilleur pour nous tous ?

Yassmin Abdel-Magied, fan avoué de Dr. Who et ardente défenseure du changement, est l'un des jeunes penseurs les plus brillants et dont on parle le plus de la génération Y et n'est pas étranger à une conversation controversée.

Après avoir entamé l'une des plus grosses conversations de 2017, après avoir tweeté 'Lest. Nous. Oublier. (Manus, Nauru, Syrie, Palestine)' le jour de l'ANZAC, sa vie de présentatrice médiatique et d'écrivaine en Australie a pris une tournure très différente. Fortement critiquée pour son poste, qu'elle a ensuite retiré et s'est excusée, Abdel-Magied a été fermée, ne laissant aucune place à la discussion - si vous pouvez l'appeler ainsi - et a été traitée comme si elle défiait le statu quo et repoussait par inadvertance les limites de pour d'autres, le sentiment de droit, de privilège et de statut était une infraction nationale.

Avec une carrière en ruine, des politiciens appelant à son expulsion et des menaces de mort affluant, Abdel Magied a pris la décision de quitter l'Australie (bien qu'avec le cœur brisé) et d'accepter l'invitation d'amis à vivre et à commencer sa vie à partir de gratter au Royaume-Uni. Un pays qui lui a offert un peu de paix et où elle a trouvé l'acceptation, l'amour et la clarté. 

De sa nouvelle maison en Europe, et sFidèle à ses racines sociopolitiques et d'ingénierie, Abdel-Magied explore l'équilibre entre la durabilité, l'abordabilité et la fiabilité dans son nouveau livre Parler d'une révolution (Manchot). Tout cela au nom de la poursuite de la conversation là où elle compte le plus.

entretien avec yassmin abdel magied

Joyeux: Hé Yassmin, merci d'avoir discuté avec nous, que faites-vous aujourd'hui ?

Yasmin : J'ai eu une journée idéale aujourd'hui, qui est un mélange de travail et de plaisir ! Je me suis réveillé tôt et je suis sorti de la ville pour mon passe-temps préféré : une balade à cheval ! J'ai monté Bengi aujourd'hui, qui a besoin d'une main forte, mais j'ai réussi à profiter de quelques beaux galops sous un ciel londonien inhabituellement ensoleillé. Je suis rentré à la maison, j'ai eu quelques appels zoom, puis je me suis installé pour l'après-midi pour commencer à travailler sur une critique de livre que j'écris. Il y avait aussi pas mal d'activité sur les réseaux sociaux / de procrastination entre les deux… mais personne n'a besoin de le savoir ! :P  

Joyeux: Parlez-nous de votre banlieue, qu'est-ce que vous aimez/n'aimez pas là où vous vivez ?

Yasmin : J'aime où je vis. C'est un quartier super musulman, juste à côté d'une mosquée, et parfois j'entends l'Athan (appel à la prière) passer par ma fenêtre. Il y a des restaurants halal, des desserts et ce que les Britanniques appellent des « offies » (un magasin du coin qui n'est parfois pas au coin de la rue) à presque chaque centimètre de la rue, ce qui signifie que je n'ai jamais besoin de voyager loin pour une collation, et le métro est à quelques pas. Il est adjacent à la gentrification, mais pas encore imprégné de celle-ci. Juste comme j'aime ça ! 

Joyeux: Décrivez votre journée de travail moyenne ? 

Yasmin : Comme tant d'écrivains indépendants, il n'y a pas de journée de travail typique, mais plutôt des saisons de travail. Si je suis dans une saison de « création », j'évite les activités sociales et les appels au travail, et j'essaie d'avoir une matinée calme, en buvant du café avant de planter mes fesses devant l'ordinateur pendant le nombre d'heures qu'il me faut pour frapper le mot compte pour la journée. Si je suis dans la phase de « promotion », comme je le suis en ce moment, c'est beaucoup plus chaotique – voler dans la ville, dans les réunions, les cafés et les interviews, « réseauter stratégiquement » et emballer maladroitement ma conscience de soi alors que j'essaie pour manier ma marchandise (!!). Ensuite, il y a la saison de "récupération", où j'essaie d'en faire le moins possible. Nous avons tous besoin de repos ! 

Joyeux: Qu'en est-il de votre ultime journée ?

Yasmin : Une matinée d'activité (une balade à cheval, un vélo), un café avec un ami ou deux, quelques réunions productives, quelques heures de "travail approfondi" (écriture, lecture, création), puis une sorte de une activité éducative sociale ou culturelle (un spectacle de théâtre, une conférence) une fois le soleil couché. Dîner avec des amis, peut-être un épisode de quelque chose de léger et drôle avant de se coucher, puis dormir ! Je suis une femme de plaisirs simples. 

Joyeux: Si nous vous payions 500,000 XNUMX $ pour cet entretien, que feriez-vous de cet argent ?

Yasmin : Hmm! Eh bien, comme tout ingénieur devenu écrivain digne de ce nom, j'ai un certain nombre d'options différentes parmi lesquelles je passerais du temps à choisir : 

Premier scénario : je donnerais un morceau aux parents. Tranquillement, bien sûr, car ils feraient certainement des histoires pour tout cadeau qu'ils jugeraient trop audacieux. Mettez un tas dans ma pension / retraite, parce que cette vie indépendante ne traite pas ce fonds avec bonté, donnez un pourcentage à quelques organisations qui travaillent avec des femmes et des sexes marginalisés fuyant ou se remettant de la violence domestique, et définitivement, définitivement, réservez des vacances. De préférence dans un endroit chaud, où je peux faire un doux road trip ! 

Deuxième scénario : Acheter une maison à la campagne et en faire une commune d'écrivains féminins, hehe, où les femmes peuvent venir séjourner et écrire gratuitement ! 

Troisième scénario : utilisez-le comme financement de démarrage pour démarrer cette entreprise de médias que j'ai toujours rêvé de fonder… (J'ai essayé après avoir déménagé à Londres en 2018, mais cela n'a pas tout à fait fonctionné. 500 XNUMX pourraient suffire pour le deuxième tour !) Alors, où dois-je envoyer la facture ? 

parler de révolution
Crédit : Pingouin

Joyeux: Quel livre lis-tu actuellement ?

Yasmin : Je viens de finir celui d'Omar Sakr Fils du péché, et ont ramassé David Graeber's Conneries d'emplois que je voulais lire depuis un moment. Ma pile de TBR est importante, donc j'ai aussi plein de bonnes choses devant moi !

Joyeux: Quel était votre livre préféré en grandissant ?

Yasmin : Oh j'ai adoré le Tamora Pierce Alanna : la première aventure et tout ça Chant de la lionne série. Cela a planté en moi le fantasme secret de devenir chevalier ! Au service de quel roi, je ne sais pas. J'étais aussi un grand fan de Alex Rider… grands thèmes d'aventure, de fantasy et de science-fiction dans mes lectures d'adolescent.

Joyeux: Top XNUMX des livres ?

Yasmin : Non, tu vois, c'est une question piège ! Comment pouvez-vous demander à un écrivain et à un lecteur de n'en choisir que trois ! 

Joyeux: Bon alors, wQuel livre avez-vous lu pour la dernière fois qui vous a ouvert les yeux et l'esprit à une nouvelle perspective ? 

Yasmin : J'ai vraiment apprécié Détransition bébé par Torrey Peters! Je me sentais comme une mouche sur le mur dans un monde que je connaissais si peu. Sombrement drôle, honnête, stimulant – et en lisant, j'ai pensé – oh, ce n'était pas écrit pour moi. je aimé ce. Tout à fait fantastique. 

Joyeux: Nous adorons les bibliothèques, lors de vos voyages, avez-vous croisé une bibliothèque qui vous a époustouflé ?

Yasmin : Est-ce tricher si je dis la Bibliothèque de Londres ? J'étais aussi un grand fan de la Bibliothèque du Congrès de Washington DC, que j'ai visitée il y a quelques années. Un espace époustouflant, avec un plafond magnifiquement détaillé et planant. A recommander si vous êtes à DC! 

Joyeux: La bibliothèque de Londres (où vous êtes actuellement administrateur) possède-t-elle un livre rare que vous convoitez secrètement ou pas si secrètement ? 

Yasmin : OThe London Library, est l'un de mes endroits préférés dans la ville ! Hmm. Si je suis parfaitement honnête… la bibliothèque a une armoire pleine de ces petits livres rares du 16ème siècle que je passe devant à chaque fois que je visite, et même si je ne sais même pas si je lirais un de ces 3 ou 4 pouces des miniatures hautes et séculaires… Je ne peux pas m'empêcher d'en vouloir une ! 

Joyeux: Votre voix est très importante en cette période de changement, et nous avons apprécié vous entendre parler au Festival des écrivains de Sydney, auquel vous avez rejoint via un lien vidéo, le thème de cette année était particulièrement intéressant, Changer d'avis. Quelle est la dernière chose à propos de laquelle vous avez changé d'avis ?

Yasmin : Je pense qu'au cours des dernières années, j'ai beaucoup appris sur les expériences et les perspectives des personnes non binaires et j'ai compris ce que signifie ressentir - profondément et authentiquement - que son vrai moi vit en dehors de la construction du genre binaire. Grâce à la lecture et au dialogue avec des amis proches, j'en suis venu à comprendre que c'est sa propre place, plutôt qu'un espace de transition seul, comme je l'avais déjà conçu auparavant. Alors peut-être pourriez-vous dire, j'ai changé d'avis sur la nature binaire du genre ? J'apprends toujours, bien sûr, et je suis reconnaissant envers tous ceux qui partagent d'une manière qui me permet d'arriver à une meilleure compréhension. 

Joyeux: Juste pour le plaisir, si vous aviez une liste de livres pour votre premier rendez-vous, quelle serait-elle ? 

Yasmin : Ha! Des livres qu'ils recommandent ou des livres que je veux qu'ils lisent ? Je leur donnerais probablement des crochets de cloche Tout à propos de l'amour pour des conseils sur la façon dont je pense à l'amour et aux relations, Tayeb Salih Une saison de migration vers le Nord (pour un peu d'histoire soudanaise), et mes mémoires, donc je n'ai pas à expliquer autant !