Actualités

The Who's Pete Townshend admet qu'il regrette son comportement "rock and roll"

A l'époque, The Who avait la réputation de causer un peu d'ennuis. Mais maintenant, Pete Townshend a parlé de son soi-disant déplorable "rock and roll" bouffonneries.

Le guitariste et chanteur des Who, qui avait l'habitude de casser ses instruments sur scène et de jeter les téléviseurs par les fenêtres des chambres d'hôtel, a déclaré qu'un tel comportement était "une perte de temps."

Pete Townshend a expliqué que son comportement était regrettable mais a également reconnu que le groupe "mauvais garçon" l'énergie a contribué à amener les gens à écouter The Who.

Dans son interview avec The Big Issue Magazine, le musicien de 74 ans a déclaré qu'il "a toujours été assez snob à propos du rock and roll."

Townshend a évoqué un incident notoire au cours duquel le défunt batteur du groupe, Keith Moon, a jeté une télévision à travers la fenêtre d'un hôtel.

"Alors que la télévision passait par la fenêtre, je regardais Keith Moon et je disais, 'quel putain de crétin. Quelle perte de temps.' Ensuite, deux ou trois fois, j'ai fait la même chose et je me disais "quel putain de crétin".

Pete Townshend a cependant admis que cela avait attiré l'attention et même l'adoration des fans de musique. En tant qu'ancien étudiant en art, il a dit qu'il était "dedans pour l'art".

"Se lancer dans l'autodestruction sortait tout droit de l'université des beaux-arts. Les gens disent encore que je n'aurais jamais dû casser des instruments », dit-il, avant de conclure : "Va te faire foutre. C'est comme ça que je t'ai amené à m'écouter.

Dans la même interview, Townshend a déclaré que sa génération de "l'ère hippie" des années 60 "a abusé du pouvoir" pour le changement social.

« Ma génération s'est sentie privée de ses droits. C'est un mot complexe pour dire que nous n'avions aucune raison de vivre. Cela nous a rendus moins en colère que lâches. Nous étions en liberté. Et quand les drogues psychédéliques et plus important encore, la pilule sont arrivées, nous sommes partis. Puis nous avons pris le pouvoir. Mais je pense que nous avons abusé du pouvoir dans une large mesure. L'ère hippie aurait pu se transformer en quelque chose de bien meilleur qu'elle ne l'a fait.